L’étude présente l’analyse de 12 marques de vernis à ongles avec des formules variées pour évaluer l’effet perturbateur endocrinien de ces produits sur la santé. La méthode utilisée permets de connaître et mesurer s’il y a un effet “PE” de type oestrogénique.

 

Nous voici donc à la partie 2 de présentation des résultats de l’étude VernisSansPE. Cette deuxième partie présente des vernis à ongles ayant présenté une activité oestrogénique mesurée.


Les personnes n’ayant pas encore lu la partie 1, nous vous invitons à en prendre connaissance avant de lire ce qui suit.  

Consultez la partie 1


Les 6 résultats nous ont permis de mesurer et classer les données en trois catégories.

Les marques ont des effets de niveaux différents et les décisions et précautions à prendre ne seront pas les mêmes selon la catégorie et votre situation . Cela étant dit, même pour les résultats les plus élevés nous essaierons de comprendre pourquoi et ce que cela implique.


Après avoir lu les résultats vous pourrez déjà appliquer certains principes de précaution . Sachez également que selon votre situation et dans certains cas de figures, certaines marques peuvent être appliquées sans être considérée comme préoccupantes.


Sommaire:

-Comprendre la méthode et les résultats

-Méthode OEDT

-Valeur critique

-Danger / Risque

-Résultats

-Marques avec effet PEO mesuré

-Interprétations des résultats

-Risque = danger x expostion

-Conseils d’usage et de précaution

-Message à destination des consommateurs

-Message à destination des marques

-Conclusion

 

 

 

Comprendre la méthode et les résultats

.
  •   La méthode choisie s’est faite suite à un audit avec la Fondation Rovaltain où trois des méthodes les plus connues en matière d’analyse des PE ont été comparées.


Nous avons finalement choisie la méthode OEDT notamment pour son seuil de détection qui est le plus bas de méthodes comparées. 

  • Les résultats ne sont valables que pour la teinte analysée et les résultats pourraient être différents si une autre teinte avait été étudiée.
  • Les résultats de la méthode OEDT considère que 100% de la substance arrive aux organes cibles (récepteurs aux œstrogènes) alors que nous savons que cela n’arrive pas dans la réalité car une partie seulement passe à travers l’ongle, puis passe dans le sang. Cela dit nous ne savons pas quelle quantité est “filtrée” et quelle quantité arrive réellement sur les récepteurs.

Cela signifie que la quantité mesurée n’est pas la quantité qui arrive réellement sur les organes cibles.

 

Méthode OEDT

.

La méthode OEDT permets d’évaluer l’effet Perturbateur Endocrinien de type Oestrogénique


Chaque analyse est associée à une courbe étalon d’activité oestrogénique pour s’assurer que la culture est bonne, comme un groupe témoin.


Chaque produit a été analysé en “triplicate” (trois fois dans trois contenants différents soit 9 mesures) et la manipulation a été renouvelée pour les produits ayant eu des résultats positifs.


Le modèle utilisé est basé sur une application de 0,2ml de vernis sur les ongles.

 

Valeur critique


Le laboratoire Ephyla explique pour cette étude “une valeur [est] considérée comme critique lorsqu’elle est supérieure à la moitié du taux plasmatique d’oestradiol circultant chez la femme en ovulation soit [1.3×10-6 /5L] ou 10-9 M. Ces valeurs ne prennent pas en compte la capacité des organes cibles à concentrer les hormones circulantes.”


C’est sur cette valeur que nous baserons nos interprétations des résultats  suivants.

 

DANGER / RISQUE

 

Il est important de bien différencier ces deux termes pour comprendre les résultats et ne pas céder à la peur du danger, et vous situer vous-même face à votre propre exposition et situation.

Le « danger » est une caractéristique d’un produit, d’une machine, d’une situation… indépendamment de nos actes. La fumée de cigarettes, le feu, les voitures, les requins… sont dangereux.

Le « risque » est la conséquence de nos actes. Si vous n’allez jamais vous baigner, le “risque” de noyade est inexistant pour vous.


Par ailleurs, plusieurs éléments réduisent le passage ou l’effet du vernis au sein de notre organisme:


-l’effet barrière de l’ongle et de la peau

-l’état et porosité de l’ongle et de la peau

-les boucles de rétro-contrôle

-les enzymes présentes en surface 


Ces résultats sont donc à corréler au coefficient de passage à travers l’ongle et la peau. Nous devons considérer que les résultats obtenus ne sont pas équivalent à la quantité réelle de PEO arrivant aux récepteurs aux oestrogènes.

En clair, qu’est-ce que ça signifie? Cela veut dire que les résultats ici présentés sont ceux obtenus si le vernis passait totalement à travers l’ongle et arrivait en totalité sur les organes cibles de l’hormone oestradiol. Or nous savons que tout ne passe pas évidemment car sinon il ne resterait pas du tout de vernis sur les ongles; Par contre nous savons qu’une partie passe via l’étude de l’Université de Duke avec EWG.


Actuellement, nous ne connaissons pas le coefficient de passage de vernis à ongles à usage cosmétiques. Cette donnée manquante serait très utile pour mieux utiliser et pouvoir interpréter ces résultats.


Exemple: Si nous considérons que 5% des substances passent à travers l’ongle, ces résultats sont donc à diviser par 20.

 

Résultats


Nous avons obtenus trois niveaux de résultat positifs:

  • Les résultats obtenus en dessous du seuil critique; ici 5 fois en deça
  • Les résultats obtenus autour du seuil critique; ici 2 fois et 4 fois le seuil critique
  • Les résultats obtenus plusieurs dizaines de fois le seuil critique; ici 30, 50 et 100 fois le seuil critique

La seule marque avec une activité PEO mesurée mais en dessous du seuil critique est une marque à base d’eau.

Toutes les autres marques qui sont des vernis laque ont un effet mesuré au dessus du seuil critique.

 

 


Découvrons plus en détails les résultats et les marques en question.

 

Marques avec effet PE oestrogénique mesuré

 

 Catégorie vernis à base d’eau

analyse vernis sans effet PEO nail polish study health acquarella waterbased


Acquarella ; Teinte “Bikini, P0300”


Rapport d’analyse: “Dans les conditions expérimentales, le produit présente une activité oestrogénique mesurable inférieure à 5 fois le seuil critique de notre postulat.


L’effet perturbateur endocrinien de type oestrogénique est donc très modéré sur ce produit.


L’effet est si peu élevé que le laboratoire d’analyse nous a précisé que cela devait certainement venir des colorants et non de la base de la formule.

 

 

Catégorie vernis “bio / bio-sourcés / issus de marque bio”

 

analyse vernis sans effet PEO nail polish study health boho cosmetic


Boho ; Teinte “Solar Gold, VAO 058”


Rapport d’analyse: Dans les conditions expérimentales, le produit présente une activité oestrogénique mesurable équivalent à presque 50 fois le seuil critique de notre postulat.”


C’est une surprise pour ce produit. Le seul parmi les 4 vernis de cette catégorie et avec un effet assez conséquent.


Cependant, ayant échangé avec la marque avant toute publication, il s’avère que le lot envoyé faisait partie d’une ancienne formulation. 

En 2017 Boho a reformulé ses vernis pour enlever le benzophénone-1 ainsi que le styrène, qui n’ont pas été remplacés. Cela peut tout à fait expliquer les résultats. 


La marque a précisé avoir fait des tests depuis n’ayant pas révélé d’effet perturbateur endocrinien. La méthodologie utilisée ayant un seuil de détection plus haut que la méthode ici utilisée, nous avons invité la marque à faire le test avec la méthode OEDT et elle pourrait faire partie des marques sans effet PE oestrogénique mesuré avec les résultats à l’appui.

 

Catégorie des vernis laques conventionnels


Pour rappel, ces vernis sont ceux que vous trouvez un peu partout, en supermarché, en parfumerie, etc


Concernant cette catégorie, les 4 marques ont présenté un effet perturbateur endocrinien soit toutes celles analysées. 

Cela ne signifie pas obligatoirement que tous les vernis que vous trouverez dans le commerce conventionnel présentera un effet perturbateur endocrinien oestrogénique. Ces résultats permettent d’observer qu’il y a une plus forte proportion de produits ayant un effet PE parmi les conventionnels, mais cela n’en fait pas un état général.

analyse vernis sans effet PEO nail polish study health yves rocher maquillage

Yves Rocher; Teinte “Rose Azalée n°23”


Rapport d’analyse: “Dans les conditions expérimentales, le produit présente une activité oestrogénique mesurable équivalent à 2 fois le seuil critique de notre postulat.”


Ce résultat nous montre que le vernis a donc un effet équivalent à la quantité d’oestradiol délivré lors d’une ovulation.


La marque et enseigne est bien connue du marché français. Il s’agit de produits abordables et auparavant les plus petits flacons connus, même si aujourd’hui ils font 5ml ce qui reste une contenance raisonnable.

analyse vernis sans effet PEO nail polish study health Essie 

Essie ; Teinte “Hang up the heels, n°410”

 

Rapport d’analyse: “Dans les conditions expérimentales, le produit présente une activité oestrogénique mesurable équivalent à 4 fois le seuil critique de notre postulat.”


Essie est une marque professionnelle connue et reconnue dans le monde entier. Elle est présente autant en supermarché, en parfumerie qu’en institut. La colorimétrie et les gammes sont variées.

analyse vernis sans effet PEO nail polish study health kiko cosmétique

Kiko ; Gamme “Smart fast dry nail lacquer”, Teinte “vert 72083105”


Rapport d’analyse: “Dans les conditions expérimentales, le produit présente une activité oestrogénique mesurable équivalent environ 30 fois le seuil critique de notre postulat.”


N.B.: L’ancienne formule de Boho se situe entre les résultats de Kiko et d’OPI


analyse vernis sans effet PEO nail polish study health OPI
O.P.I. ; Teinte “Lucky Lucky Lavender, NL H48”


Rapport d’analyse: “Dans les conditions expérimentales, le produit présente une activité oestrogénique mesurable équivalent à 100 fois le seuil critique de notre postulat.”


La marque la plus connue des salons et bars à ongles présente malheureusement le résultat le plus haut en terme d’effet perturbateur oestrogénique, loin devant toutes les autres marques.


Le spécialiste du laboratoire, Monsieur Bourgeteau nous précise qu’à ce niveau il ne s’agit plus de variations possibles sur les colorants mais que les composants ayant ces effets font partie du coeur de la formule.


Il s’agit également de la mesure la plus haute jamais mesurée par ce laboratoire pourtant habitué à analyser de nombreuses formes et sources de perturbateurs endocriniens.

A titre de comparaison, avant cette étude, le produit qui avait l’effet perturbateur endocrinien le plus fort était un parfum. Les mesures enregistrées avaient détecté un effet d’environ 20 fois le seuil critique.

 

Interprétation des résultats

 

Les chiffres bruts sont à mettre en perspective des réactions du corps (chimiques et mécaniques), le comportement de l’utilisatrice et son état de santé.

Nous avons déjà pu voir que pour comprendre et utiliser au mieux ces résultats, il fallait faire la différence entre danger et risque. Comme dit plus haut, les réductions chimiques et mécaniques font que l’exposition réelle est inférieure aux chiffres donnés.

Notre comportement est évidemment important car l’effet sera d’autant plus significatif sur vous si vous portez du vernis souvent, que vos ongles sont poreux, le types de dissolvants et savons que vous utilisez etc.


Nous considérerons deux profils de personnes; les adultes en bonne santé générale d’un côté et les femmes enceintes ou ayant un terrain à cancer hormono-dépendant d’un autre côté.

 

Cette deuxième catégorie de personne est en effet plus sensible aux variations d’exposition aux effets perturbateurs endocriniens.

Selon votre situation, les considérations et les précautions à prendre ne sont pas tout à fait les mêmes.

 

 

Pour le cas de la marque ayant une activité inférieure au seuil mais donc également pour celles ayant un effet autour du seuil critique, nous pouvons supposer qu’au niveau de l’organisme complet, l’effet du vernis à ongle est très réduit.

  • Remis dans des conditions normales d’utilisation et dans un contexte d’un être humain en bonne santé avec un organisme capable de rétro-contrôle, la catégorie de vernis 5fois en dessous du seuil peut être considéré comme un risque acceptable pour une femme réglée en bonne santé.

 

  • Pour la catégorie de femmes enceintes ou ayant un terrain à cancer hormono-dépendant, les variations d’exposition à des perturbateurs endocriniens est plus sensible et risqué ce qui fait que nous avons considéré que même pour un résultat en dessous du seuil, il est préférable de considérer son utilisation et donc son exposition.

Ce peut-être de ne pas mettre de vernis pendant la grossesse ou également de se tourner vers les marques de la première partie qui n’ont pas eu d’activité mesurée pour les femmes enceinte ou à terrain à cancer hormono-dépendant. Si vous possédez déjà ces marques et vous souhaitez tout de même les utiliser, pensez à prendre en compte les “conseils pour minimiser l’impact des manucures”.

La même considération est suggérée pour les vernis ayant obtenus des résultats autour du seuil critique pour les femmes en bonne santé.

  • La troisième couleur du tableau concerne les vernis ayant obtenu un résultat de plusieurs dizaines de fois le seuil critique pour les personnes en bonne santé ainsi que les vernis autour et des dizaines de fois le seuil critique pour les femmes enceintes ou ayant un terrain à cancer hormono-dépendant. 

Les résultats sont de 30, 50 et 100 fois le seuil critique, ce qui fait que si l’on reprends l’hypothèse d’un passage de 5% de vernis, il y aurait toujours 1,5 ; 2,5 et 5 fois le seuil critique présents dans le sang.

Si on baisse l’hypothèse à 2% de passage, ce serait 0,6 ; 1 et 2 fois le seuil critique présents dans le sang ce qui reste problématique vu que pour rappel, ce “seuil critique” équivaut à la moitié de l’hormone produite par une femme pour une ovulation.

Considérant ces chiffres il est préférable d’utiliser des marques avec un meilleur résultat, ce qui fait que si vous êtes dans la catégorie de femmes en bonne santé et que vous acceptez d’utiliser des marques jusque dans la catégorie orange, cela vous laisse le choix parmi 9 marques de vernis à ongles. Il y a aussi la possibilité que parmi ces marques, certaines reformulent leur produits en enlevant les perturbateurs endocriniens connus tout du moins et suspecté si possible.

Si vous êtes parmi les femmes de la deuxième colonne du tableau, vous pouvez prendre le parti du “principe de précaution” ou accepter et prendre compte ces informations pour une utilisation plus consciente au moins.

Ces interprétations sont faites avec les données disponibles actuellement, sans finalité d’incitation ni dissuasion à l’usage de vernis à ongles et de ces marques.  

 

RISQUE = DANGER x EXPOSITION

 

 

Les résultats nous permettent de considérer le risque présenté par les produits qu’il faut mettre en perspective du danger réel selon l’exposition.

Veillez à remettre en contexte ces résultats au vue de la fréquence d’exposition, la quantité appliquée, le nombre de jour où vous gardez une manucure, l’état de vos ongles et votre état de santé.

L’état des ongles varie en fonction de votre état de santé, votre alimentation, les tensioactifs que vous utilisez pour votre vaisselle et votre ménage, la fréquence d’exposition, si vous mettez des gants, le type de vernis et dissolvants utilisés ainsi que la fréquence d’utilisation, etc.

Tous ces éléments vont influer sur la porosité des ongles et donc leur capacité à jouer leur rôle de barrière. 


Conseils d’usage et de précaution

 

Il est possible de minimiser son exposition aux risques des vernis par certaines attitudes et précautions.

 

Ces conseils sont pour certains évident mais il convient de les rappeler:

-Poser le vernis sur un ongle sain, en bonne santé

-Poser le vernis uniquement sur l’ongle, éloigné de la cuticule et ne pas déborder

-Si possible se faire poser le vernis par quelqu’un pour éviter les débordements, notamment pour notre main forte (la main droite pour les droitiers car il est plus difficile de ne pas déborder en utilisant sa main gauche).

Cela peut donner lieu à des “moments manucure” en famille ou entre amies.

-Ne pas porter du vernis à longueur d’année  sans coupure et vérifier régulièrement l’état des ongles

-Avoir une consommation raisonnée du vernis à ongle et des manucures

-Eviter idéalement de mettre du vernis à une jeune fille non réglée. 

 
 
 

Message à destination des consommateurs

.

Pour la première fois vous avez accès à des informations pertinentes et surtout scientifiques sur lesquelles vous appuyer pour vous aider dans votre démarche de consommateur et consom’acteur.

Saisissez cette chance pour découvrir des types de vernis novateurs, des marques qui font des efforts de formulation, qui souhaitent vous proposer des vernis plus écologiques et plus sains.
Vous avez sûrement déjà eu ou utilisé une de ces marques et les résultats vous permettent maintenant de savoir et pouvoir mieux décider quoi faire de vos flacons actuels et pour vos futurs achats ou non achats.

Concernant vos responsabilités en tant que consommateur, réfléchissez à votre manière de consommer le vernis à ongles.  

Demandez-vous quels critères importent pour vous, si votre priorité concerne votre santé, l’environnement, votre entourage, les professionnels du métier, les animaux ou votre budget.

Pensez et osez écrire aux marques avec vos envies, vos retours d’expériences et sachez être équitable, en disant autant le bien que le mal.

(Il y a d’ailleurs de super sites comme “Beauté-test” pour donner son avis sur un produit cosmétique)

Envisagez les compromis que vous êtes capable de faire pour une meilleure composition, comme l’a été le retrait du benzophénone qui demande de faire un peu plus attention au stockage et mettre vos vernis à l’abri de la lumière. 


Sachez également que le vernis (laque) en l’occurrence est une produit considéré comme dangereux car il contient des solvants inflammables et un explosif (nitrocellulose) ce qui fait qu’en réalité il existe assez peu de fabricants habilités à fabriquer ce type de produit et qu’il y a parfois une marge de manoeuvre assez faible quand certaines marques viennent avec des demandes de formulation plus éthiques.


Il y a actuellement  des marques qui souhaitent réellement améliorer leurs formules, mais qui sont limitées par cet écart avec le fabricant et également par le manque d’informations et supports sur lesquels s’appuyer pour étayer leur démarche et leurs demandes.

.

 

Message à destination des marques

 

L’étude ici présentée a pour unique but de faire avancer la connaissance sur l’effet des vernis à ongles sur la santé et nullement de pointer du doigts une marque, une catégorie de produits ni même un comportement.

Nous invitons toutes les marques à comprendre ici la démarche pédagogique et de réflexion en vue d’une amélioration.

Il s’agit d’ailleurs d’une occasion de mieux comprendre le produit qu’est le vernis à ongles avec ses effets et de pouvoir partir sur des données concrètes pour éventuellement améliorer les formules existantes.
 

Si vous souhaitez me contacter avec l’équipe afin de discuter des résultats, nous serons ravis d’échanger avec vous.

 

Conclusion

 

 

 

L’étude nous a permis de mieux connaître 12 marques de vernis à ongles et leur effet PEO sur la santé. 

La première partie nous a permis de connaître tout de même 6 marques sans aucune activité mesurée ce qui donne du choix aux utilisatrices, mais ce sont les marques de cette deuxième partie qui sont pourtant les plus utilisées dans le monde.

Elles touchent beaucoup d’utilisatrices et cette étude est importante pour permettre de réduire si ce n’est, ne plus exposer ces femmes à des produits avec un effet néfaste pour leur santé et l’environnement.


Les différentes catégories de résultats sont assez marquées et les risques et précautions ne sont pas les mêmes. 
La décision de consommation de ces vernis à ongles est à mettre en perspective avec votre fréquence d’utilisation, l’état de vos ongles, l’âge (réglée ou non), vos antécédents et votre état de santé général (terrain à cancer hormono-dépendant, grossesse en cours, autre).

Selon ces différents éléments vous pourrez prendre des décisions différentes; prendre plus ou moins de précautions, décider d’arrêter ou encore revoir le type de produits ou le rythme de vos manucures.


Ces éléments vont vous permettre de mieux décider de vos nouveaux achats ou de l’utilisation des flacons que vous avez chez vous.


Evaluer la quantité de produit qui passe à travers l’ongle et pouvoir mettre en perspective ces résultats serait donc un deuxième volet de l’étude très intéressant et pertinent pour pouvoir mieux jauger le caractère plus ou moins risqué d’un vernis à ongles.

 

Merci pour votre intérêt et votre lecture de cette étude participative et encore MERCI à tous
J’espère que chacun et chacune saura juger au mieux le contenu présent et s’en servir à bon escient
Pensez à partager ces informations précieuses à votre entourage, proches, collègues, amies, familles
1 femme sur 4 mets régulièrement du vernis donc vous en connaissez forcément une 🙂

 

 

Envie d’en savoir plus sur cette étude?


-Onglet dédié du blog sur l’Etude VernisSansPE

-Présentation du projet d’étude

-Résultats de l’étude Partie 1

-Forces et faiblesses de l’étude

-Marques analysées par l’étude VernisSansPE

Cet article vous a intéressé? Ceci devrait vous plaire:


-Choisir son vernis de manière éthique, blog, Octobre 2013

-Où jeter son vernis à ongles? blog, Octobre 2017

-Contenance du flacon, pourquoi privilégier les mini-vernis? blog, Mai 2016